Par Philippe Cahen, Prospectiviste

 

Sous nos yeux des évidences à redire

 

Les émetteurs de réflexions prospectives sont nombreux. L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) fait partie des plus intéressants www.oecd.org/fr . Neuf économistes ont publié en novembre 2012 les grands défis de 2060. En voici cinq qui font suite à la stagnation, voire à la baisse de la population mondiale et notamment des pays de l'OCDE de la Chine à cet horizon.

 

1 Seuls des flux migratoires importants pourront compenser le vieillissement des populations. L'exemple en 2012 de l'Allemagne qui perd des habitants et a un taux de chômage des plus bas est significatif.

 

2 Il faut des nouvelles réformes structurelles pour éviter la poursuite de la chute du taux d'activité. Et l'OCDE de suggérer l'allongement de la durée de scolarité et de décaler l'âge de départ à la retraite selon la longévité. L'on pourrait aussi introduire plus tôt l'âge d'activité et fondre la formation tout au long de l'activité ...

 

3 La hausse de l'accumulation du capital humain sera de plus en plus la clef de la croissance. C'est le capital « intellectuel » humain qui sera le futur avec l'amélioration de la qualité du travail (et non le temps de travail). Prendre l'expression « capital humain » dans son sens le plus basique.

 

4 Plus que la hausse de l'intensité capitalistique, ce sont les efforts de productivité qui seront le moteur de la croissance. L'OCDE mise sur l'ouverture aux échanges et l'intensité de la concurrence sur le marché intérieur. Je ne pense pas cette pensée ocdéiste universelle.

 

5 Le soutien à la croissance mondiale des pays émergents faiblira. C'est une évidence à lire et suggère un plus grand équilibre de la richesse mondiale autour de 8 pôles principaux : occident, monde slave, monde indien, Chine, Japon, Afrique, monde arabe et Amérique du Sud.

 

Si ce chemin à 50 ans semble long, il reste que l'OCDE insiste sur le travail sur l'Homme : il faut développer l'intelligence dans tous les sens du terme, notamment par la formation et par sa valorisation dans l'entreprise.

 

Depuis 1995, Philippe Cahen intervient en prospective auprès d'entreprises et entités pour imaginer leurs futurs. Il développe une méthode de prospective originale, souple et économique, fondée sur les signaux faibles et les scénarios dynamiques. Depuis 2003, il envoie tous les mois La Lettre des Signaux Faibles à 8000 abonnés.

Conférencier, enseignant, il est régulièrement sollicité par les médias.

Pour en savoir plus : www.signaux-faibles.fr