Par Philippe Cahen, Prospectiviste

 

La contradiction emploi/CO2

 

Une station de ski des Pyrénées qui ouvre en juin, cela ne s'est jamais vu. Et quand la neige fond dans le Gave, cela provoque une catastrophe centennale à Lourdes et sa vallée. Un mois de mai en France aussi pourri que celui -ci avec des pointes de froid qui n'ont existé qu'en 1884 ... Bien sûr le réchauffement climatique est une réalité, au niveau mondial. Avec une température moyenne supérieure de 0,66 °C à la moyenne des mois de mai du XXe siècle, mai 2013 est le troisième plus chaud jamais mesuré depuis la fin du XIXe siècle.

 

Et bien sûr le monde n'a jamais autant consommé d'énergie fossile. Et son remplacement prendra des années. Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans un rapport de juin dernier, la génération d'électricité provenant des renouvelables représentera 25 % du mix électrique total en 2018. En attendant, le souhait de l'Europe de développer les énergies renouvelables est « contrarié » par le dumping chinois sur le solaire et l'éolien. Les emplois industriels des énergies renouvelables sont en Chine.

 

La sortie du nucléaire ne fait pas que des adeptes. En Allemagne, on compense le manque d'énergie par le lignite et le charbon, et Siemens clame fort les préoccupations du secteur énergétique, qui craint pour son marché, et l'industrie allemande s'inquiète pour sa fourniture électrique et sa compétitivité. Le gouvernement allemand (élection en septembre) redoute une désaffection du public pour un projet politique jusqu'alors consensuel.

 

Et les schistes américains contribuent à la création d'emploi pour l'exploitation, par la baisse des coûts de l'énergie, par une chimie américaine qui écrase la chimie européenne et les moyens géopolitiques de faire passer le baril de brut à 50$. Obama est face à un débat national : emploi ou CO2 ? L'oléoduc Keystone XL, qui doit relier le Canada au golfe du Mexique, divise l'opinion : soit le symbole d'une Amérique qui se réindustrialise et développe l'emploi, soit le symbole de la dépendance du pays aux énergies fossiles. Le 25 juin, Obama avait accepté le projet. Après débat.

 

L'emploi ou l'environnement, là est la question. Dans l'immédiat.

 

Depuis 1995, Philippe Cahen intervient en prospective auprès d'entreprises et entités pour imaginer leurs futurs. Il développe une méthode de prospective originale, souple et économique, fondée sur les signaux faibles et les scénarios dynamiques. Depuis 2003, il envoie tous les mois La Lettre des Signaux Faibles à 8000 abonnés.

Conférencier, enseignant, il est régulièrement sollicité par les médias.

Pour en savoir plus : www.signaux-faibles.fr